Sélectionner une page

La vidéo explicative trouvera souvent une place de choix sur la première page de votre site internet. Elle est là pour expliquer en quoi votre produit ou votre service peut changer la vie de votre prospect. Mais elle sert également à rassurer le client et donne à votre marque ou entreprise une image de sérieux et de professionnalisme. Il est ainsi maintenant reconnu qu’une bonne vidéo marketing augmente significativement le taux de conversion. Il n’y a donc que des avantages à réaliser une “explainer video”. Mais quelles sont les étapes à suivre pour sa production ?

1) ETAPE 1 : ECRIRE LE SCRIPT DE VOTRE VIDEO

Tout d’abord, pour créer une vidéo explicative, vous devez écrire un script. C’est l’élément le plus important à ne pas négliger puisqu’il constitue le pilier et le déroulé de votre vidéo. 

Bien que la tentation soit grande, il est primordial de ne pas mettre trop d’informations. En effet, votre script doit contenir des phrases à la fois courtes et simples au risque que votre vidéo ne soit pas assez efficace et captivante. Limitez-vous à une idée par phrase et utilisez un vocabulaire simple et adapté

Votre script doit être bien structuré pour intéresser suffisamment et ne pas lasser votre audience. Il doit éveiller leur curiosité afin de les garder jusqu’au bout de la vidéo. 

Par ailleurs, votre script devra impérativement commencer par une phrase d’accroche afin d’attirer votre audience et surtout terminer par un call to action afin de l’engager à se rendre sur votre site internet par exemple.

2) ETAPE 2 : LE STORYBOARD

Le storyboard est l’étape obligatoire après l’écriture du script et avant de passer à l’animation (ou enregistrement si vous filmez).

Le storyboard donne une idée précise de l’ordre des séquences. C’est une sorte de plan qui servira de base pendant tout le reste du processus de production. Il met en perspective le script que vous avez écrit à l’étape précédente et les visuels de chaque scène.

Ne négligez pas la charte graphique de votre vidéo. Créer une vidéo unique vous permettra de sortir du lot et de maximiser l’impact de votre vidéo.

En effet, une célèbre étude montre que nous ne retenons que 10 % de ce que nous entendons, alors que nous retenons 80 % de ce que nous voyons.

3) ETAPE 3 : L’ENREGISTREMENT DE LA VOIX-OFF

C’est une étape où l’on peut être tenté d’économiser un peu d’argent en enregistrant soi-même sa voix off. Après tout lire un texte d’1 minute ne doit pas être si compliqué ? 

Détrompez-vous ! Enregistrer une bonne voix off, qui plus est pour une vidéo aussi courte est un vrai travail de professionnel. La qualité de l’enregistrement tout d’abord est très importante et celui-ci doit être fait dans un studio idoine. Ensuite, il faut avoir le bon ton, paraitre naturel, ne pas parler trop vite mais également pas trop lentement.. Bref un vrai travail d’acteur.

Faire appel à un professionnel pour enregistrer la voix-off permettra à votre vidéo explicative d’être prise au sérieux. 

Lorsque vous confiez votre texte à la voix-off, il est important de lui indiquer la direction que vous voulez que la vidéo prenne. Par exemple, si vous voulez que ce soit drôle ou bien dramatique. 

Enfin, avant de passer à l’enregistrement, relisez votre texte encore et encore à voix haute afin d’en être sûr à 100 %. Car si vous décidez ensuite de changer une phrase et bien vous devrez repayer l’enregistrement; Avouez que c’est ballot. 

Dans la même idée, donnez à la voix-off le plus de détails possibles sur votre marque et votre objectif pour l’aider à se mettre dans le rôle. Mais cela va également vous faire faire des économies, car si vous savez dès le départ quel ton de voix vous voulez, vous ne paierez pas de frais supplémentaires au studio d’enregistrement, à cause du temps perdu sur un ton qui ne vous plaisait pas.

4) ETAPE 4 : L’ANIMATION

Une fois que l’on a le storyboard et le fichier voix, on peut passer à l’animation. Le travail de l’animateur est de retranscrire le storyboard en calquant les animations dans le bon tempo par rapport à la voix. C’est donc l’image qui s’adapte à la voix et pas l’inverse. 

En général on utilise After Effects pour ce travail d’animation même si il existe d’autres logiciels.

4) ETAPE 5 : LES EFFETS SONORES ET LA MUSIQUE

C’est ce que l’on appelle le sound design. Tout d’abord, Il va vous falloir choisir la bonne musique. La musique ne sera pas très présente dans votre vidéo en général.

Il faudra régler son volume au minimum de façon à ne pas gêner la compréhension de la voix. Mais elle est quand même primordiale car elle donne le ton à votre vidéo. Selon le style de la vidéo, la longueur et l’objectif vous allez privilégier une musique plus lente ou plus rapide.

Les effets sonores sont également primordiaux car ils ajoutent du rythme. Il faut donc en ajouter au moment opportun mais sans trop en mettre au risque de gêner la compréhension du message. 

Relisez votre scénario et imaginez de quelle façon les effets sonores pourraient améliorer votre vidéo. Les sons des pas lorsqu’un personnage marche, un bruit de porte lorsqu’il sort d’une pièce, s’il sort à l’extérieur entend-on des oiseaux ou le bruit du vent ?

Même si vous n’en avez pas l’impression, les effets sonores ajoutent de la vie à votre vidéo.

Pas de panique, certaines idées de bruits vous viendront à l’esprit au fur et à mesure que la vidéo se montera sous vos yeux.

Là encore, attention au volume. Rendez ces effets le plus discret possible.